Hans-Peter Feldmann
Hart - N°84, July 2011

ENGLISH VERSION

Timothée Chaillou: Yesterday you were at the Philadelphia Museum. Can you please tell us more about your project with Courbet’s Origine du monde (The Origin of the World) and Marcel Duchamp’s Etant donnés?

Hans-Peter Feldmann: I prefer if you ask me questions, I don't give statements. I only give answers.

TC: You can’t talk about this project?

HPF: No, this is too much.

TC: Really?

HPF: I will try in our next meeting!

TC: You often say that you are not an artist and you don't like interviews. So, let’s be simple and talk about what everybody can share: emotions. In which of your works can we find an expression of love?

HPF: I can’t see one at the moment.

TC: You don't think that the way you look at pictures involve any idea of love? Collages could be seen as a libidinous exercise too…

HPF: Yes, sure. But it is not everything; it is a mixture. I think that you simply live and do something.

TC: In which of your works can we find an expression of anger?

HPF: I can’t see any at the moment.

TC: Desire?

HPF: I don’t make a work about desire, or love, or anger. This is not the way it works. I just get some ideas and I don't know where it comes from. I am not like a dentist who has to repair this tooth on this side of your mouth. If you do something it is more in an illogical way. If a musician writes a song he doesn't think about it; it comes right from his head.

TC: I totally agree and I have never thought your work as an illustration of emotional states. However, sometimes hermeneutics can help pin point ideas encountered in a project, or an artwork. But, let’s now talk about your work at the Guggenheim, as you have decided to cover all the space with one-dollar bills of the amount of the Hugo Boss Prize that you have won last year. Your last “environmental” work was Shadow Play (2009), am I right?

HPF: Shadow Play is only an aesthetic work. You can enjoy it or not, and this is nothing else.

TC: You state that you are not an artist but you do ‘aesthetic work’… Do you mean that your work for the Guggenheim is more conceptual?

HPF: Yes, there is more behind.

TC: And perhaps this is the first time that your work smell.

HPF: I didn't smell it!

TC: However the smell is really strong! We can finally smell the odor of the money.
Do you resist to the idea of having a definite style?

HPF: I said that I am not an artist, but you keep bringing questions for a professional artist.

TC: Of course I do! Only because I don’t believe your statement. And it is rather ambiguous to say you are not an artist while you are exhibiting and selling your work in galleries. It is a pervert situation and I want to tackle this.

HPF: Fair enough. But these questions are really made for people who make art with concepts, thinking from somewhere.

TC: Once again it is a contradiction as you have said that your work for the Guggenheim is “conceptual”, and you are showing your work all over the world in art spaces.

HPF: Yes it is true but there are no concepts in my work. I just have to make things. I really don't know why and how I get these ideas. I can't talk rationally about what I am doing.

TC: In the Hugo Boss Prize catalogue, Helena Tatay writes that you look at images with ‘suspicion’.

HPF: Not really, I just look at pictures very often.

TC: You have reused some works that already exist in the field of art, like in your show Hans-Peter Feldmann in der Antikensammlung (2005) at the Kunsthalle zu Kiel. Why did you choose to work with art objects? Is it satirical?

HPF: Classic art became decorative and has lost its first sense. It is like an etiquette attached to a museum, like a tag to a clothe.

TC: Some critics use such words as recycling, appropriation, postproduction when an artist is reusing artworks in his own work. Are they just theories which only help the critic not the artist?

HPF: Yes. I don’t like the idea of appropriation. I only think that I can play with things. And if I am reusing artworks it is only a critic of this idea of appropriation.

TC: Why do you create work which can be described as “show what the title describes”; work that is fully described in its title? How can one be sure that the titles of your works are not simply a singular interpretation of the work?

HPF: There are not titles but names.

TC: However a name not describes a person… Can you please talk about the image you gave for the Utopia Station project of a woman dressed as an oriental dancer?

HPF: I don’t know the reasons of my choice.

TC: Was there a connection with the idea of utopia?

HPF: I never care about the title of a show. That means nothing for me.

TC: Pierre Bismuth explained to me that in his work he rarely tries to go beyond the anecdotal. Is your work related to anecdotal situations or facts?

HPF: Not really.

TC: Could you please talk about your collection of famous artists handprints by Charlotte Wolff?

HPF: There are just handprints. I like their aesthetic, as they are nice graphics.

TC: Is it an ironical point of view of the status of the artist as a hero?

HPF: No.

TC: Do you think that with your collages you saved the images you used?

HPF: Yes, because they are more than pieces of paper.

TC: Is Persian Carpet with 14 Small Plastic Animals (2000) like a conversation place for all these little animals assembled together?

HPF: It is simply a carpet with plastic animals.

TC: The choice you have made to work with these materials is still important and conducts in a way this ensemble of things to become an artwork.

HPF: When you go to the restaurant you make choices too.

TC: Do you mean that you have preferences? Like the red wine with the meat?

HPF: Yes. I wanted to combine animals with a carpet. Sometimes you can find symbols in my work, but I can’t put a finger on it. That is why I can only describe it and not explain it.

TC: You have said that you ‘do not want to be recognized by material, but by ideas.’

HPF: Ideas came by chance, and I work with them.

TC: It’s absolutely what conceptual artists state too.

HPF: I don’t look for ideas, they came by themselves. If you are hungry, you eat.

TC: In your book Interview, to the question: ‘Is there a pure place of art?’ you choose to publish an image of a museum instead of, for instance, a street. It is a paradox as you state that you are not an artist but for your point of view a museum is the pure place of art.

HPF: Maybe with this image my answer to this question is no… No, there is not a pure place of art.

TC: View from outside the museum could look like a prison of artworks.

HPF: It could be… It is your interpretation; it is your decision to see what you see. What you see is what you want to see. But don’t believe in words.

TC: Fortunately enough, I give value to words, and I give them importance. I always think about how words were important in ages prior to the development of writing. Maybe you believe too much in images… You have said that what you ‘do is like the art people make in their homes.’ What people create at home?

HPF: Many things. The place of things in their houses or their choices. Some housewife’s knit cats on pillows and it is art. You make a choice between a sport car or a limousine, this is art too. To glue a postcard on a wall or a fridge it is art also.

TC: Is art a day-to-day operation?

HPF: Yes and everybody can be an artist.

TC: But the difference between you and someone else is your gigantic body of works.

HPF: Picasso have made 50 000 works by hands. I am not an artist I just take things.

TC: Taking things or pointing them out is the work of many artists. If you think that you are not artist what is your job?

HPF: Now, I am retired.

TC: What did you do before?

HPF: I was a businessman selling things.

TC: Thank you Hans-Peter.

HPF: Thanks to you. If you want to do the perfect interview with me, just print two pages empty with a title ‘Interview with Hans-Peter Feldmann by Timothée Chaillou’ and send them to me.

TC: It is an artistic operation and I am not an artist.

VERSION FRANÇAISE

Timothée Chaillou : Vous étiez hier au Philadelphia Museum. Pourriez-vous nous parler de votre projet mêlant L'Origine du Monde de Courbet aux Etants Donnés de Marcel Duchamp ?

Hans-Peter Feldmann : Je préférerais que vous me posiez des questions concises, je n'ai pas d'énoncés à délivrer. Je donne seulement des réponses.

TC : Vous ne pouvez pas parler de ce projet ?

HPF : Non, cela va trop loin.

TC : Vraiment ?

HPF : J'essaierai de le faire lors de notre prochain rendez-vous !

TC : Vous dites souvent ne pas être un artiste et ne pas aimer les interviews. Soyons simples et parlons de choses que nous avons tous en commun : les émotions. Pourrions-nous trouver une expression de l'amour dans l’une de vos œuvres ?

HPF : Je n'en vois aucune, là, maintenant.

TC : Votre façon de regarder des photos n’est elle pas déjà porteuse d’une idée d’amour ? Vos collages peuvent être vus comme des exercices libidineux également...

HPF : Oui, bien sûr. Mais ce n'est pas tout ; c'est un mélange de choses. Je pense que l'on vit, et que l'on fait quelque chose de sa vie.

TC : Dans laquelle de vos œuvres est-il possible de voir l’expression de la colère?

HPF : Je n'en vois aucune non plus.

TC : Et du désir ?

HPF : Je ne fais pas d'œuvres qui traiteraient du désir, de l'amour ou de la colère. Cela ne marche pas ainsi. J'ai des idées, et je ne sais pas d'où elles viennent. Je ne suis pas un dentiste quelconque qui aurait à réparer telle ou telle dent de tel côté de votre bouche. Si vous ressentez le besoin de faire quelque chose, il n’y a pas de logique à cela. Si un musicien compose un morceau, il ne le pense pas, l'inspiration lui vient directement, sans explication.

TC : Je suis tout à fait d'accord et je n'ai jamais considéré votre travail comme l’illustration d'états émotionnels. Cependant, l'herméneutique peut parfois aider à définir des idées intrinsèques à un projet ou à une œuvre d'art. Parlons maintenant de votre travail au Guggenheim, car vous avez décidé de recouvrir tout l'espace de billets d'un dollar, correspondant au montant de la somme que vous avez perçue en remportant le prix Hugo Boss l'année dernière. Shadow Play [2009] est-il votre travail « environnemental » le plus récent ?

HPF : Shadow Play était uniquement un travail esthétique. Vous pouvez l'aimer comme vous pouvez ne pas l'aimer, mais cela s'arrête là.

TC : Vous précisez que vous n'êtes pas artiste mais que vous faites un « travail esthétique »... Entendez-vous par cela que votre travail pour le Guggenheim est plus conceptuel ?

HPF : En effet, il y a plus derrière ce travail.

TC : Et c'est peut-être la première fois que votre travail a une odeur...

HPF : Je ne l'ai pas senti!

TC : Pourtant l'odeur est omniprésente! On connait enfin l’odeur de l’argent. Nous savons enfin ce que l'argent sent. Réfutez-vous l'idée d'avoir un style bien défini ?

HPF : Je vous l'ai dit, je ne suis pas un artiste et pourtant vous ne cessez de me poser des questions que vous poseriez à un artiste professionnel.

TC : Bien évidemment ! Je le fais car je ne crois pas à cette posture, à mon sens, c’est une mascarade. C'est assez ambigu de dire de vous-même que vous n'êtes pas un artiste alors même que vous exposez et vendez votre travail dans de nombreuses galeries. C’est précisément cette ambiguïté que je cherche à questionner ici.

HPF : Vous avez raison. Mais vos questions sont plus destinées à ceux qui font de l'art à partir de concepts.

TC : C'est encore une contradiction, vous avez vous-même défini votre travail pour le Guggenheim comme étant conceptuel, et vous exposez votre travail dans des galeries à travers le monde.

HPF : Oui, c'est vrai mais il n’y a pas de concepts dans mon travail. Je ressens uniquement le besoin de faire des choses. Je ne sais ni pourquoi, ni comment ces idées viennent à moi. Je suis incapable de parler de façon rationnelle de ce que je fais.

TC : Dans le catalogue du Prix Hugo Boss, Helena Tatay écrit que vous regardez les images avec "suspicion".

HPF : Pas vraiment, je les regarde souvent, c'est tout.

TC : Vous avez réutilisé des œuvres d'art déjà existantes, comme vous l'aviez fait lors de votre exposition Hans-Peter Feldmann in der Antikensammlung [2005] à la Kunsthalle de Kiel. Pourquoi avoir choisi de travailler avec des objets d'art ? Est-ce satirique ?

HPF : L'art classique est devenu décoratif et a perdu son sens originel. C'est une étiquette attachée à un musée comme elle le serait à un vêtement.

TC : Certains critiques utilisent les termes de recyclage, d'appropriation, de post-production lorsqu'un artiste utilise des œuvres d'art déjà existantes. Ces mots sont-ils des théories qui aident plus le critique que l'artiste?

HPF : Exactement. Je n'aime pas l'idée de l'appropriation. Je pense seulement que je joue avec les choses. Et si j'utilise des œuvres existantes, c'est uniquement dans l'idée de critiquer cette notion d'appropriation.

TC : Pourquoi créer des œuvres qui peuvent être résumées par leur titre même, des œuvres entièrement descriptibles par leur propre titre ? Comment s'assurer que les titres de vos œuvres ne sont pas simplement une interprétation unique à votre travail ?

HPF : Ce ne sont pas des titres, ce sont des noms.

TC : Cependant un nom ne décrit pas nécessairement une personne... Pourriez-vous parler de l'image du projet Utopia Station, celle d'une femme déguisée en danseuse orientale ?

HPF : Je ne connais pas les raisons de mon choix.

TC : Y avait-il un lien avec l'idée d’utopie ?

HPF : Le titre d'une exposition n'est pas quelque chose qui m'intéresse. Il n'a aucune importance à mes yeux.

TC : Pierre Bismuth m'a expliqué qu'il essaie rarement d'aller au-delà de l'anecdotique dans son propre travail. Votre travail est-il lié à des situations ou à des faits anecdotiques ?

HPF : Non, pas vraiment.

TC : Pourriez-vous nous parler de la collection d'empreintes de mains d'artistes connus de Charlotte Wolff que vous possédez ?

HPF : Ce ne sont que des empreintes. J'aime leur esthétique, elles sont belles d'un point de vue graphique.

TC : Est-ce une vision ironique du statut de l'artiste comme héros ?

HPF : Non.

TC : Pensez-vous « sauver » les images que vous utiliser dans vos collages ?

HPF : Oui, car elles représentent plus que de simples pièces de papier.

TC : L'œuvre Persian Carpet with 14 Small Plastic Animals [2000] représente- t-elle un espace de conversation pour tous ces petits animaux assemblés les uns à côté des autres ?

HPF : C'est simplement un tapis, avec des animaux en plastique.

TC : Le choix que vous avez fait de travailler avec ces matériaux est néanmoins important et permet à cet ensemble de se constituer comme œuvre d’art.

HPF : Quand vous allez au restaurant, vous faites également des choix.

TC : Voulez-vous dire que vous avez certaines préférences ? Comme le vin rouge avec la viande ?

HPF : Oui, je voulais joindre les animaux à un tapis. Vous pouvez parfois être en mesure de trouver des symboles dans mon travail, mais je serais incapable de les nommer. C'est pour cela que je ne peux que le décrire et non pas l'expliquer.

TC : Vous avez dit vouloir être reconnu non pas pour votre travail matériel, mais pour vos idées.

HPF : Les idées viennent par hasard, et je travaille ensuite grâce à elles.

TC : C'est exactement ce que disent les artistes conceptuels.

HPF : Je ne cherche pas les idées, elles viennent d'elles-mêmes. Tout comme lorsque vous avez faim, vous mangez.

TC : Dans votre livre Interview, à la question « existe-t-il un endroit pur pour l'art ? » vous avez choisi de publier une image de musée à la place de, par exemple, celle d'une rue. C'est un paradoxe puisque même si vous ne vous considérez pas comme un artiste, un musée représente l'espace le plus pur à vos yeux.

HPF : Peut-être qu’avec cette image, ma réponse à la question est non... Non, je pense qu'il n'existe pas d'espace pur propre à l'art.

TC : Vu de l'extérieur, un musée peut faire penser à une prison pour œuvres d'art.

HPF : Oui, cela pourrait être le cas. C'est votre interprétation ; c'est votre décision de voir ce que vous voyez. Vous ne voyez que ce que vous voulez voir. Mais ne vous fiez jamais à ce que vous lisez.

TC : Heureusement, j'accorde de la valeur et de l'importance aux mots. Je pense particulièrement à combien ils étaient importants avant l'invention et le développement de l'écriture. Peut-être croyez-vous trop aux images... Vous avez dit que votre travail est "comme l'art que font les gens chez eux". Mais que créent les gens chez eux ?

HPF : Enormément de choses. La disposition des choses dans leurs habitations, le choix de ces choses. Prenez un oreiller brodé avec des motifs de chats fait par une femme au foyer, c'est de l'art. Le fait de choisir entre une voiture de sport ou une limousine, c'est de l'art aussi. Choisir de coller une carte postale sur un mur ou de l'aimanter sur un réfrigérateur, c'en est aussi.

TC : Peut-on parler d'opération faite au quotidien ?

HPF : Oui, chacun peut être artiste.

TC : Mais la principale différence entre vous et n'importe qui est la masse gigantesque d'œuvres que vous avez réalisée.

HPF : Picasso a réalisé 50'000 œuvres faites à la main. Je ne suis pas un artiste, je me sers simplement des choses.

TC : Se servir des choses ou les indexer est le travail de beaucoup d'artistes. Si vous ne pensez pas en être un, alors quelle est votre profession ?

HPF : Désormais, je suis retraité.

TC : Que faisiez-vous avant de l'être ?

HPF : J'étais homme d'affaires, je vendais des choses.

TC : Merci, Hans-Peter.

HPF : Merci à vous. Si vous voulez réaliser l'interview parfaite avec moi, imprimez deux pages vierges avec le titre « Entretien avec Hans-Peter Feldmann par Timothée Chaillou » et envoyez-les moi.

TC : Ce serait un travail artistique et je ne suis pas un artiste.

http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hans-peter-feldmann-shadow-play-2009.jpg
Hans-Peter Feldmann
Shadow Play, 2009
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hans-peter-feldmann-dance-floor-with-shoes.jpg
Hans-Peter Feldmann
Dancefloor with shoes, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpfvenusprint.jpg
Hans-Peter Feldmann
Venus, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpfdavidprint.jpg
Hans-Peter Feldmann
David, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpftwo-girls-with-shadowsprint.jpg
Hans-Peter Feldmann
Two girls with shadows, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpfbig-flower-2print.jpg
Hans-Peter Feldmann
Big Flower 2, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpfbig-flower-3print.jpg
Hans-Peter Feldmann
Big Flower, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hans-peterfeldmannonepoundstrawberries2004.jpg
Hans-Peter Feldmann
One pound strawberries, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpfmodiglianiprint.jpg
Hans-Peter Feldmann
Modigliani, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hans-peter-feldmann-handprint-from-charlotte-wolff-adrienne-monnier.jpg
Hans-Peter Feldmann
Handprint from Charlotte Wolff, n.d
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpflegs-overallprint.jpg
Hans-Peter Feldmann
Legs, n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hans-peter-feldmann-oriental-carpet-and-toy-animals.jpg
Hans-Peter Feldmann
Oriental carpet and toy..., n.d.
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpfall-the-clothes-of-a-womanprint.jpg
Hans-Peter Feldmann
All the clothes of a woman, 1970
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/128_hpfflower-pots-bisprint.jpg
Hans-Peter Feldmann
Flower pots, n.d.