Larry Clark
Technikart - Hors-série Art Contemporain, October 2010

ENGLISH VERSION

With Larry Clark’s exhibit at the MAMVP, we wanted to talk with the man who filmed the days of our adolescence while we were living them. One morning, after several missed interviews, Larry Clark finally gave us a phone interview at Luhring Augustine, his gallery. He had just finished a shooting in New York during the heat of August. We were seated in a private lounge on comfortable yelow chairs, telephone on center, facing us.
We call him.

Larry Clark: Hello.

Timothée Chaillou/Pauline Beaudemont: Hello Larry. How are you?

LC: I’m well. How are you?

TC/PB: Fine. Thanks. As you are driving, is it OK?

LC: I’m fine.

TC/PB: Could you please talk about your selection for Paris?

LC: Hello!?

TC/PB: Do you hear us? Hello? Larry?

LC: I can hear you know. Are we on speakers?

TC/PB: Yes, and we can hear you properly.

LC: All right. Could you turn off the speakers?

TC/PB: We can’t, we need to record.

We fumble with the buttons of the phone, trying both to turn off the speaker while finding a way to record our conversation. No success. We then hang up and call reconnect. The interview begins again, the street noises around him and rumbling of his car continue to be heard throughout the interview.

TC/PB: We can’t record if it’s not on speakers. Sorry.

LC: OK

TC/PB: Let’s start with your selection of works for your exhibition in Paris. Why have you decided to show your mother’s pictures?

LC: Well, my mother was a photographer she photographed babies when I was young and I started to work with her. She put a camera in my hand. I thought that it was only possible to photograph babies like my parents. And at some point I started photographing my friends.

TC/PB: Is it a kind of a retrospective?

LC: Yes. It’s going to be a forty-eight years of body of work. It starts in 1962. I’ve done a new film and I’m on my way to my editor’s house. It’s going to be the premiere at the museum. I have also done new works that no one has ever seen. It’s going to cover everything all the way. The Cinématheque will show all my films.

TC/PB: So you are going to show everything?

LC: Yes.

TC/PB: Have you ever shown all your work?

LC: No. It’s a big show and it’s the time to do a retrospective now.

TC/PB: You’ve decided to show new works like the movie about Jonathan and a video you’ve found from the Tulsa period and new pictures.

LC: Yes it’s important to show new work. Just to show old work doesn’t mean so much to me and to show new work makes this exhibition stronger and more interesting.

TC/PB: What about Jonathan? As you are presenting it for the first time in a museum, do you want to do it more like an art video or a commercial film?

LC: As I am showing it in a museum it’s a little art film.

TC/PB: How Jonathan would be the boy that you would have liked to be? How can he not be a boy you want but would have liked to be ? Who is Jonathan for you ?

LC: I’ve filmed Jonathan from thirteen to twenty-one. Everything is in the movie.

TC/PB: There is something really narrative in Tulsa and Teenage Lust. Are they a kind of crime novels?

LC: A crime novel? That’s interesting, really interesting. I was thinking about them as films. There are stories. It’s only life.

TC/PB: When did you think that you’ve stopped create about/around Tulsa? When the skaters came up?

LC: With Tulsa I was just started to photograph friends and my life. I photograph things that I’d never seen photographed and I could do movies with this kind of pictures. But, at this time people didn’t like this kind of photographs and you were not allowed to do this kind of pictures. As I photographed my friends over a long period of time what I was doing was a kind of visual anthropology. I’ve always been interesting in telling long stories. I’ve always wanted to be a filmmaker and I wonder that my photographs could be a film.

TC/PB: What about Kids and Ken Park?

LC: Ken Park was going to be my first filmbased on true stories I had and people I knew and I wanted to put these stories and people in a film. I wanted to know what’s going on with contemporary kids. Before what I did was mostly autobiography. I wanted to do work without myself in it. Kids was more about teenagers and I had no idea what was going on and I explored that in this movie. Teenagers would say “Jeez! It’s not a bullshit Hollywood movie!”. But when the film came out people said “this is bullshit”, “this isn’t real”, but kids said “yes it is”. This is what it was.

TC/PB: Do you collect magazines, images or artworks about sex?

LC: No.

TC/PB: Do you have an art collection?

LC: I have a small collection and I collect works of my friends. From good artists, I mean. Christopher Wool, Richard Prince, Mike Kelley.

TC/PB: Do you need to see pictures or movies like you do? Like teenage movies?

LC: I work in a very hard way. I’m not used to see teenage movies because I don’t want to be influenced by them. I want my work to come from me and be pure, in a way.

TC/PB: Do you attempt to provoke a sexual intensity in the viewer, but then this intensity will make one’s afraid? How do you deal with this sexual intensity?

LC: I don’t have to answer to this question. It’s in the film it’s just what I do. I’m a visual artist and I want to make my works real.

TC/PB: Could you go further on the provocative intension?

LC: I’m going further. Wait and see.

TC/PB: Do you self-censor?

LC: Probably not.

TC/PB: The scene at the end of Ken Park is very cushy, far from Tulsa. Does age teach you modesty?

LC: I don’t have an answer to this question. I’m just trying to show reality. It’s not something I’m talking about, I just do it.

TC/PB: As you showing eroticism, how do you think it affect young people ?

LC: I don’t do pornography. I would like them to see it as an honest work.

TC/PB: You’ve filmed the sexual life of kids. Are your movies educative?

LC: I don’t know, I have no idea. I don’t have an answer to that.

TC/PB: How a skater movie could be more appealing and interesting than, for instance, a movie about bikers or truckers?

LC: Skaters are free and they are visually exciting. It’s natural to film them because they are just around.

TC/PB: What is the difference between desire, pleasure and enjoyment?

LC: I don’t have an answer to that question.

TC/PB: Are you aware of what effect does pornography have on young people?

LC: Yes, and I explore that in Impaled for Destricted.

TC/PB: Is Destricted an evolving project?

LC: Possibly. I’m thinking about it.

TC/PB: Do you think that all your work is erotic?

LC: I don’t know. I have to go now.

VERSION FRANÇAISE

Larry Clark ayant une exposition au MAMVP, nous voulions nous entretenir avec celui qui filma l’époque de notre adolescence lorsque nous la vivions. Après un shooting à New York dans la chaleur du mois d’aout, après plusieurs entrevues manquées, Larry Clark nous donna rendez-vous par téléphone chez Luhring Augustine, sa galerie, un matin. On nous installa dans un salon privé sur de confortables fauteuils jaunes, le téléphone au centre, face à nous.
Nous l’appelons.

Larry Clark : Allo ?

Timothée Chaillou/Pauline Beaudemont : Bonjour Larry. Comment allez vous?

LC : Je vais bien, et vous ?

TC/PB: Nous aussi, merci. Comme vous êtes en train de conduire, est ce bon pour vous ?

LC : Oui, c’est bon.

TC/PB: Pouvez vous nous parler de votre sélection d’œuvres pour Paris ?

LC : Allo !?

TC/PB: Est ce que vous nous entendez ? Allo ? Larry ?

LC : C’est bon je peux vous entendre maintenant. Utilisez vous le haut parleur ?

TC/PB: Oui, et nous vous entendons très bien.

LC : Pouvez vous l’éteindre ?

TC/PB: Nous allons essayer mais nous avons besoin d’enregistrer notre conversation.

Nous appuyons sur les boutons du téléphone, essayant à la fois d’enlever le haut parleur tout en trouvant un moyen d’enregistrer notre conversation. Sans succès. Nous raccrochons puis le rappelons. L’entretien recommence, les bruits de la rue et des clignotants de sa voiture continueront à se faire entendre.

TC/PB: Revenons à votre sélection pour le MAMVP. Pourquoi avoir décidé de présenter pour la première fois les photographies faites par votre mère ?

LC : Lorsque j’étais enfant ma mère photographiais des bébés. J’ai commencé par travailler avec elle. Elle m’a tout simplement mis un appareil photo dans les mains. A cette époque je pensais, qu’en tant que photographe, il n’était possible que de photographier des bébés. Mais j’ai ensuite commencé en photographiant mes amis.

TC/PB: Cette exposition est-elle une rétrospective ?

LC : Oui. Elle couvrira 48 ans de travail, débutant en 1962. Je présente un nouveau film et de nouvelles photographies. Au même moment, la cinémathèque diffusera tous mes films. J’ai envie de tout montrer.

TC/PB: Aviez vous déjà montré l’ensemble de votre travail ?

LC : Non. C’est une exposition très importante car c’est le moment pour moi de faire une rétrospective.

TC/PB: Vous avez donc décidé de présenter un film sur Jonathan Velazquez, qui jouait dans Wassup Rockers, ainsi qu’un film que vous avez retrouvé de votre vie à Tulsa.

LC : Oui, c’est important de présenter de nouvelles œuvres. De simplement présenter que d’anciennes œuvres n’a pas vraiment de sens à mes yeux et en montrer des nouvelles rend cette exposition plus forte et intéressante.

TC/PB: Pouvez vous nous parler du film Jonathan ? Comme vous le présentez dans un musée l’avez vous plus pensé comme une vidéo, un portrait ou un « film commercial » ?

LC : En le montrant dans un musée il est plus comme une vidéo.

TC/PB: Jonathan est il le garçon que vous auriez aimé être ou que vous aimeriez avoir ? Qui est il pour vous ?

LC : J’ai filmé Jonathan de ses 13 ans à ses 21 ans. La réponse est dans le film.

TC/PB: Il y a quelque chose de très narratif dans vos livres de photographies Tulsa et Teenage Lust. Seraient-ils des romans noirs ?

LC : Des romans noirs ? Intéressant, très intéressant. Je les ai pensés comme des films. Ce sont des histoires et la vie, simplement.

TC/PB : Quand pensez vous avoir arrêté de créer autour et à propos de Tulsa ? A quel moment les skateurs arrivent dans votre travail ?

LC : Avec Tulsa j’ai tout d’abord commencé par photographier ma vie et mes amis. Je photographiais des choses que je ne voyais jamais en photo et je pouvais faire des films avec ce type d’images. Mais, à cette époque vous n’aviez pas le droit de faire ce genre d’images. Comme je photographiais mes amis pendant une très longue période cela ressemblait à une sorte d’anthropologie visuelle. J’ai toujours aimé raconter de longues histoires. J’ai toujours voulu être un cinéaste et j’espère que mes photographies pourraient être des films.

TC/PB: Qu’en est il de Kids et Ken Park ?

LC : Ken Park devait être mon premier film, il se base sur des histoires vraies qui me sont arrivées ou à des proches, j’ai simplement voulu rassembler ces histoires et ces gens dans un seul film. Je voulais montrer et comprendre la vie des enfants actuels. Ce que j’avais fait avant étant plus de l’autobiographie. Je voulais faire quelque chose sans qu’il n’y ait trop de moi dedans. Kids est plus un film sur les ados. Je n’avais aucune idée de ce qu’il se passerait dans ce film et j’ai voulu explorer cela. Les ados ont alors dit : « Ce n’est pas un mauvais film hollywoodien, c’est la réalité. »

TC/PB: Collectionnez vous des magazines, des images ou des œuvres liés au sexe ?

LC : Non.

TC/PB: Collectionnez vous de l’art ?

LC : J’ai une petite collection. Je collectionne mes amis, de bons artistes je veux dire, comme Christopher Wool, Richard Prince ou Mike Kelley.

TC/PB: Avez vous besoin de voir des images ou des films comme ceux que vous faites ?

LC : Je travail à la dure. Je n’essaye pas de voir des films sur les ados parce que je n’ai pas envie d’être influencé par eux. Je veux que mon travail vienne de moi et qu’il soit, d’une certaine manière, pur.

TC/PB: Pensez vous tenter de provoquer une intensité sexuelle chez le spectateur, mais que cette intensité lui fasse ensuite peur ?

LC : Je n’ai pas de réponse à cette question. Tout est dans mes films. Je suis un artiste visuel et j’essaye simplement de faire en sorte que mon travail ait l’air réel.

TC/PB: Voudriez vous aller plus loin dans la provocation ?

LC : Je suis en train d’aller plus loin. On verra bien.

TC/PB: Vous autocensurez-vous ?

LC : Probablement pas.

TC/PB: La scène finale de Ken Park, où ce trio fait l’amour, est très douce et sensuelle, loin de votre période Tulsa. Est ce que la vieillesse vous a appris la pudeur ?

LC : Je n’ai pas de réponse à cette question. J’essaye simplement de montrer la réalité. Ce n’est pas quelque chose dont j’ai envie de parler mais simplement de faire.

TC/PB: En filmant la vie sexuelle des jeunes ados, comment cela pourrait il les affecter ?

LC : Je ne fais pas de pornographie. J’aimerais qu’ils regardent mes films comment étant un travail honnête.

TC/PB: Pensez vous que vos films pourraient être éducatifs ?

LC : Je ne sais pas, je n’en ai aucune idée. Je n’ai pas de réponse à cette question.

TC/PB: En quoi un film sur les skateurs serait il plus intéressant qu’un film, par exemple, sur les bikers ou les camionneurs ?

LC : Les skateurs sont libres et visuellement intéressants. C’est très naturel de les filmer car ils sont là, simplement, autour de nous.

TC/PB: Quelle est la différence entre le désir, le plaisir et la jouissance ?

LC : Je n’ai pas de réponse à cette question.

TC/PB: Etes vous conscient des effets qu’a la pornographie sur les jeunes ?

LC : Oui, j’ai exploré cela dans Impaled pour Destricted.

TC/PB: Est ce que Destrictedaura une suite ?

LC : Possiblement. J’y pense.

TC/PB: Pensez vous que tout votre travail est érotique ?

LC : Je ne sais pas. Je dois vous laisser maintenant.

http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/24_larry-clark-acid-lower-east-side-1968.jpg
Larry Clark
Acid Lower East Side, 1968
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/24_larry-clark-untitled-1963.jpg
Larry Clark
Untitled, 1963
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/24_larry-clark--untitled.jpg
Larry Clark
Untitled, 1973
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/24_larry-clark-untitled-1971.jpg
Larry Clark
Untitled, 1971
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/24_larry-clark-venice-beach-2006.jpg
Larry Clark
Venice Beach, 2006
http://www.timotheechaillou.com/files/gimgs/24_larry-clark-jonathan-velazquez--tiffany-limos-2003.jpg
Larry Clark
J. Velazquez & T. Limos, 2003